WTSM19 Writing/Translating Social Media

Colloque international WTSM19 "Ecrire/traduire les réseaux sociaux"

17 et 18 octobre 2019, Paris, France

Université Paris 8,

Financé par l’Université Paris 8, la MSH Paris Nord, le labex ICCA et l’équipe TransCrit.

Co-organisé par Claire Larsonneur (TransCrit) et Allan Deneuville (EUR ArTec).

 

Jeudi 17 octobre 2019

Maison de la Recherche, amphithéâtre MR02, rez de chaussée.

9h accueil

9h30 ouverture du colloque, Claire Larsonneur : présentation du projet "Auteur numérique"

10h plénière : Alexandra Saemmer (Paris 8, CEMTI) : "Poétiques du crypto-texte"

11h pause

11h 30 : Aliénor Samuel Hervé (Geneanet) : "Tweeter sa généalogie, le passé à l’heure des réseaux sociaux"

12h  : Neil Sadler (Queen’s University, Belfast) : "Tweeting stories : open texts, closed horizons ?"

12h 30 : Samia Belhaj (Université Sidi Mohamed Ben Abdellah- Fès) : "La créativité phraséologique sur les réseaux sociaux"

13h-14h déjeuner

 

14h : plénière Canan Marasligil (traductrice et autrice indépendante) : "Ecrire en mouvement"

15h pause

15h30 : Andrée Ospina (indépendante) :"Imprimer, publier les réseaux sociaux"

16h  : Adrien Molto (Celsa, ENSCI) : "Le mème internet : écriture et transferts culturels en ligne"

16h 30 : Mykhailo Babaryka (UNSW, Australia) : "Médiation romanesque des réseaux, mèmes d’auteur dans La Féérie générale d’Emmanuelle Pireyre"

 


 

 

Vendredi 18 octobre 2019

Amphi X

9h 30 : Géraldine Camile (BNF) : "La collecte des réseaux sociaux à la BNF"

 

10h : Guillaume Ganier de Barros (P8) : "Troll et virus : les écritures poétiques du détournement"

10h30 : Pierre Chartier (UBO, Brest) :"La violence verbale dans le discours social de l’Internet : les commentaires Youtube"

 

11h pause

11h30 : Susanna Fiorini (OpenEdition) : "From local to global, translation practices from OpenEdition’s Twitter accounts"

12h : Laura Santini (Universita di Genova) : Facebook as translation : debunking myths, trespassing boundaries, questioning assumptions"

12h30- Erika Fülöp (University of Lancaster) : "De l’écriture sur les réseaux sociaux aux réseaux d’écriture : Facebook littéraire"

 

13h-14h déjeuner

14h plénière : Renée Desjardins (Université Saint Boniface, Canada) : "Translation Studies, Social Media, and the Digital Humanities : lessons from Zooniverse, Instagram, Netflix and beyond."

 

15h pause

15h 30 : Thomas Brasdefer (traducteur jeux vidéo) : "Traduire les réseaux sociaux sur (par) les réseaux sociaux : le cas Eté"

16 h : Vincenzo Simoniello (Parthenople University of Naples) : "L’écriture et traduction des gifs en langue française : pour une analyse traductologiques et sociolinguistique des "images animées sur Twitter"

conclusion du colloque

 
 
 

Contact : claire.larsonneur@univ-paris8.fr

CFP en français (scroll down for the English version) :

Les réseaux sociaux, apparus dans la seconde moitié des années 2000, se sont rapidement développés et font désormais partie intégrante de notre vie quotidienne. En 2018, ils ont attiré entre 2,62 et 3,19 milliards d’utilisateurs (www.statista.com/ www.smartinsights.com) et certaines plates-formes telles que Facebook servent de passerelle vers de nombreuses, voire la plupart, de nos activités en ligne.

Si le nombre d’acteurs majeurs est limité (Facebook, WhatsApp, Twitter, Instagram, Youtube, Snapchat, Wechat, Tumblr…), la pluralité des usages comme des abus de ces outils est frappante : ils vont des interactions personnelles aux campagnes publicitaires ou politiques d’entreprise, de la consommation passive de contenus aux pratiques créatives.

On peut soutenir que les médias sociaux, à travers les contraintes techniques de leurs interfaces et leur relation spécifique au temps et à l’actualité, déclenchent des modes d’écriture spécifiques. La stylistique en ligne diffère sensiblement de celle des textes traditionnels sur papier (Crystal 2006, Cronin 2013, Saemmer 2015), de nouveaux genres apparaissent comme la littératube (Bonnet 2018), et de nombreux auteurs produisent contenus multimédia et cross-média.

Au-delà des pratiques créatives des auteurs, les réseaux sociaux affectent l’ensemble de la chaîne éditoriale. Parce qu’ils reposent sur un accès direct aux contenus générés par les utilisateurs via des plateformes et sur un mode de diffusion horizontal par retweeting et partage, ils remettent en cause le modèle éditorial traditionnel (Bouquillion 2018, Fülöp 2019) ainsi que le processus de traduction (Desjardins 2017). Ils redéfinissent le lectorat, au travers de l’acte de lecture comme la taille de l’audience potentielle. Et ils soulèvent des problèmes d’archivage, tant en termes de sélection que de conservation, de stockage et de collecte des données. Enfin, ce secteur en pleine évolution a récemment connu une concentration accrue au sein des GAFAM ainsi que l’augmentation des contenus générés par des machines, par exemple par la traduction neuronale et l’étiquetage automatisé.

Les contributions qui examinent le processus d’écriture et/ou de traduction des médias sociaux d’un point de vue créatif, institutionnel, sociologique ou économique sont les bienvenues.

Nous souhaitons mettre l’accent sur les thèmes suivants, sans toutefois s’y limiter :

* Contraintes spatiales, temporelles et sociales de l’écriture et de la traduction sur réseaux sociaux.

* Utilisation d’éléments non verbaux (emojis, hastags, tinyurls) et multimédia.

* Manières de suivre ou détourner les algorithmes de présentation.

* Gestion des affordances de l’interface numérique.

* Distinction entre médias sociaux grand public et médias sociaux spécialisés.

* Utilisation de la traduction automatique.

* Interaction avec les lecteurs.

* Logiques de partage, de réutilisation, de transformation du contenu en mèmes.

* Questions relatives à la figure de l’auteur et à la propriété intellectuelle

* Monétisation de l’écriture/traduction sur les médias sociaux

* Archivage des médias sociaux : sélection, conservation, collecte des données et stockage

 

Comité scientifique :

Claire Larsonneur (Université Paris 8), Erika Fülöp (Université de Lancaster), Suzanne Dumouchel (consortium OPERAS), Renée Desjardins (Université de Saint-Boniface), Allan Deneuville (Université Paris 8), Canan Marasligil (auteure et traductrice)

 

*************************************************************

International Conference WTSM19 “Writing/translating social media”

Paris, France

CFP :

Social media, which appeared in the second half of the 2000s, have rapidly developed and are now an integral part of our daily lives. In 2018 they attracted between 2,62 and 3,19 billion users (www.statista.com/ www.smartinsights.com) and some platforms such as Facebook act as a gateway to many, if not most of our online activities.

Though the number of major players is limited (Facebook, WhatsApp, Twitter, Instagram, Youtube, Snapchat, WeChat, Tumblr…), the plurality of uses and misuses of those tools is striking  : they range from personal interactions to corporate advertising or political campaigning, and from passive consumption of content to creative practices.

It can be argued that social media, through the technical constraints of their interfaces and their specific relation to time and topicality, trigger specific modes of writing and translating. Online stylistics differ markedly from that of traditional paper-based texts (Crystal 2006, Cronin 2013, Saemmer 2015), new phenomena are emerging such as littératube (Bonnet 2018), and many authors embrace both multimedia and crossmedia content.

Beyond the creative practices of authors, social media also impact the whole chain of publishing. Because they are based on direct access to user-generated content through platforms and a horizontal mode of circulation through retweeting and sharing, they challenge the traditional editorial model (Bouquillion 2018, Fülöp 2019) and the traditional translation process (Desjardins 2017). They also redefine readership, both in the act of reading and the volume of potential audience. They raise archival issues related to selection, collection and storage. Finally, this rapidly evolving industry has recently witnessed a greater concentration of mainstream media within the GAFAM and an increased reliance on machine-generated content, for instance through automated translation and tagging.

We therefore welcome contributions that examine the process of writing and/or translating social media from a creative writing, translation studies, institutional, sociological or economic perspective. We invite contributions that include, but are not limited to, the following themes :
* Copywriting/translating under specific spatial, temporal or social constraints (netiquette).
* Use of non-verbal items (emojis, hastags, tinyurls) and multimedia.
* Complying with or repurposing presentation algorithms.
* Dealing with digital interface affordances.

* Mainstream social media platforms versus specialized social media
* Use of automated translation.

* Interaction with readers.
* The logic of sharing, repurposing, transforming content into memes.

* Issues of authorship and intellectual property

* Monetizing social media writing/translating

* Archiving social media  : selection, data collection, preservation, and storage

 

Scientific committee :

Claire Larsonneur (University of Paris 8), Erika Fülöp (University of Lancaster), Suzanne Dumouchel (OPERAS research infrastructure), Renée Desjardins (University of Saint Boniface), Allan Deneuville (University of Paris 8), Canan Marasligil (author and translator)

 

Bibliographie indicative :

Gilles Bonnet, LittéraTube”, Atelier Fabula, http://www.fabula.org/atelier.php?LitteraTube, 2018

Serge Bouchardon, La Valeur heuristique de la littérature numérique, Paris, Hermann, 2014.

Philippe Bouquillion and François Moreau, Digital Platforms and Cultural Industries, Bern, Peter Lang, 2018.

Yves Citton, Médiarchies, Paris, Seuil, 2017.

Michael Cronin, Translation in the Digital Age, London, Routledge, 2013.

David Crystal, Language and the Internet, Cambridge, Cambridge University Press, 2d edition 2006.

Renée Desjardins, Translation and social media, London, Palgrave-Macmillan, 2017.

Christian Fuchs, Culture and Economy in the Age of Social Media, London, Routledge, 2015.

Christian Fuchs, Social Media : A Critical Introdution, 2nd edition. Thousand Oaks, CA : SAGE publications, 2017.

Erika Fülöp, “Digital cultures : A View From French Studies and Literature”, in Explorations in Media Ecology 17, pp 271-277, 2018.

Erika Fülöp, “Enregistrer le réel : gestes d’écrire, du style à la vidéo chez Perec, Flusser et Bon”, Sens Public, 2018.

Erika Fülöp, "Digital Authorship and Social Media : French Digital Authors’s Attitudes towards Facebook", forthcoming in French Cultural Studies, 30.2, 2019.

Kenneth Goldsmith, Uncreative Writing : Managing Language in the Digital Age, New York, Columbia University Press, 2011.

Grant Hamilton and François Lavallée, Tweets et gazouillis pour des traductions qui chantent, Montréal, Lingatech ed., 2012.

N. Katherine Hayles, How We Think : Digital Media and Contemporary Technogenesis, University of Chicago Press, 2012.

Henry Jenkins, Sam Ford and Joshua Green, Spreadable Media : Creating Value and Meaning in a Networked Culture, New York : New York University Press, 2013.

Isabelle Krzywkowski, Machines à écrire : Littérature et technologies du xixe au xxie siècles, Savoirs littéraires et imaginaires scientifiques, Grenoble : Uga Editions, 2017.http://books.openedition.org/ugaeditions/550

Claire Larsonneur, Arnaud Regnauld, Pierre Cassou-Noguès and Sara Touiza, Le Sujet Digital, Paris, Presses du Réel, 2015.

Judy Malloy, Social Media Archeology and Poetics, Cambridge, Mass. : MIT Press, 2016.

Lev Manovich, The Language of New Media, Cambridge, MIT Press, 2001.

Lev Manovich, Software Takes Command, New York, Bloomsbury, 2013.

Evgeny Morosov, To Save Everything, Click Here : Technology, Solutionism and the Urge to Fix Problems that don’t Exist, London, Allen Lane, 2013.

M. O’Hagan, “Community translation : translation as a social activity and its possible consequences in the advent of Web 2.0 and beyond.” Linguistica Antverpiensa, 2011.

Nico Posner, “Translating LinkedIn into many languages” June 2009 https://blog.linkedin.com/2009/06/19/nico-posner-translating-linkedin-into-many-languages.

Melanie Ramdarshan Bold, "The Return of the Social Author : Negotiating Authority and Influence on Wattpad", Convergence, 24 (2018), 117-36. https://doi.org/10.1177/1354856516654459

Alexandra Saemmer, Les frontières de l’oeuvre numérique, Saint Etienne, Presses de l’Université de Saint Etienne, 2015.

Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique, Villeurbanne, presses de l’ENSSIB, 2015.

Marcello Vitali-Rosati, On Editorialization : Structuring Space and Authority in the Digital Age, Amsterdam, Institute of Network Cultures : 2018.

Adeline Wrona, "Petites Anthologies Numériques : Facebook, ou la Littérature en fragments partagés, ALN / NT2, 2017. http://nt2.uqam.ca/fr/cahiers-virtuels/article/petites-anthologies-numeriques-facebook-ou-la-litterature-en-fragments

Michele Zappavigna, The Discourse of Twitter and Social Media, New York, Continuum, 2012.