Journées d’étude

Les activités de l’équipe LAPS ont donné lieu à des journées d’étude (interventions de doctorants et de chercheurs).

« Changements de voix : approches didactique, orthophonique et analytique »

(le 4 mai 2012 : demi-journée d’étude) [Télécharger le programme]

  • Lilli PARROTT (LAPS, Université Paris 8) participa au débat à l’issue des trois présentations.

« Études croisées sur le genre »

LAPS a participé au colloque États critiques et Transitions disciplinaires. EA 1569 : colloque quadriennal
(18-19 novembre 2011)

  • Emily Ngubia Kuri (Université de Berlin)
    The Challenge of Gender Research in Neuroscience
    - Présentation suivie d’une table ronde avec Hélène Marquié (P8) et Claude Safir (P8) sur le genre et les neurosciences.

« Études expérimentales de la prosodie de l’anglais »

(le 25 mars 2011 : demi-journée d’étude)

« Le bilinguisme »

(le 4 juin 2010 : demi-journée d’étude)

« La syllabe : approche phonétique »

(le 7 mai 2010 : demi-journée d’étude)

  • Malina Ditcheva (Université de Plovdiv)
  • Roussi Nikolov (Université de Plovdiv)
  • Elise Ryst (LAPS, Paris 8)

« Grammaire en contexte, appropriation et enseignement des langues étrangères : le cas du syntagme nominal »

(le 30 juin 2009 : journée d’étude coorganisée avec Paris 3)

« Bilinguisme et Phonétique et didactique de l’anglais oral »

(le 5 juin 2009 : journée d’étude)

- Bilinguisme

  • Pr. François Grosjean (Professeur honoraire à l’Univrsité Neuchâtel) : « François Grosjean répond à vos questions sur la personne bilingue » (visio-conférence depuis Neuchâtel). Cette conférence a fait l’objet d’un DVD intitulé « La personne bilingue : mythes et réalité ».

- Phonétique et didactique de l’anglais oral



Résumés des communications


La voix en pilotage automatique : maintenir la voix sur une trajectoire et avec une vitesse préétablies avec le logiciel RTComp pour les besoins de la correction phonétique

Roussi NIKOLOV et Malina DITCHEVA


La voix humaine comme phénomène acoustique est déterminée, d’abord, par les propriétés biomécaniques de l’appareil de production de la parole, notamment par des données relatives à la géométrie des cavités résonatrices, l’élasticité des tissus du canal vocal et la cinématique des organes mobiles de la parole (cf. par ex. le modèle de Maeda).


Dans la parole, ensuite, ces potentialités vocales se réduisent à des inventaires de sons qui obéissent aux contraintes de la phonologie fonctionnelle (cf. Functional Phonology de Paul Boersma, ainsi que la théorie de l’optimalité).


Enfin, dans la pratique langagière d’un individu, normalement limitée à l’utilisation régulière de seulement une ou deux langues particulières, il intervient un conditionnement moteur (notamment articulatoire) et perceptif (notamment auditif), et par là une perte partielle, à plus forte raison pour l’adulte, de ses facultés d’acquisition « naturelle » des langues. Le processus inverse, c’est-à-dire la redécouverte par l’adulte de ses potentialités vocales et un reconditionnement vocal nécessaire à l’acquisition du système phonique d’une langue étrangère est, on le sait, très problématique.


Par conséquent, quand on part à la recherche de la voix perdue (titre de l’ouvrage de Julie Ternisien), il y a lieu de s’intéresser non seulement aux dysfonctionnements du langage oral, mais aussi au fonctionnement, trop « normalisé » par l’âge, des mécanismes de production/perception de la parole. Quel qu’en soit le cas, l’une des voies nouvelles et prometteuses qu’adoptera la phonétique corrective face aux apprenants adultes est ouverte par les technologies de l’information.


Le logiciel RTComp (Real-Time Comparison) est un outil nouveau d’analyse, de visualisation et de comparaison des caractéristiques acoustiques de la voix (parlée ou chantée). Son originalité par rapport à SaRP - Speech Analyzer Rapid Plot, est 1) d’opérer en temps réel et 2) de ne pas se limiter aux seules voyelles et à leurs deux premiers formants. En revanche, toujours par opposition à SaRP, RTComp n’est pas un outil de recherche phonétique, mais seulement d’(auto-)apprentissage, notamment d’exploration et de maîtrise de ses potentialités vocales, d’évaluation automatique, objective et analytique (car multiparamétrique) et de correction autoguidée de la prononciation (http://web.uni-plovdiv.bg/rousni/rtcomp/).


retour



Voix et orthophonie, ou Prendre la peine de n’en point prendre

Claire PILLOT-LOISEAU


« Le principe des principes, c’est de prendre la peine de n’en point prendre » : c’est ainsi que Jean-Philippe Rameau (1760), musicien français et théoricien de la musique du 18ème siècle, s’exprimait à propos de l’éducation vocale : voici annoncé l’objectif de la rééducation orthophonique auprès des patients dysphoniques, alors que le mot « orthophoniste » n’apparaît en France qu’en 1830 !


La dysphonie est une altération objective ou subjective du support sonore de la parole se traduisant par l’atteinte isolée ou combinée de la hauteur, de l’intensité et du timbre vocaux, évalués objectivement au moyen d’échelles standardisées perceptives (Dupessey et Coulombeau 2003), acoustiques ou physiologiques (Pillot-Loiseau 2011). Cependant, ces altérations vocales, involontaires et gênantes pour le patient, s’entendent de manière contrôlée dans certaines techniques vocales. L’altération du comportement vocal (posture, respiration, tensions corporelles) accompagne ces troubles vocaux et aboutit à une attitude de forçage dont les facteurs favorisants et déclenchants sont multiples (Le Huche et Allali 2001, 2002).


Toute population, enfant (Pillot 2007), adulte ou personne âgée, est potentiellement concernée ; les sujets utilisant abondamment leur voix sont plus exposés aux troubles vocaux.


Les pathologies vocales d’origine organique concernent notamment les cancers du larynx pouvant entraîner son ablation (laryngectomies, Crevier Buchman et al. 2003), les lésions bénignes laryngées, la paralysie du nerf innervant les plis vocaux (Le Huche et Allali 2007), et les pathologies neurologiques (Pinto et al. 2010). L’altération vocale peut se révéler d’origine fonctionnelle, le cercle vicieux du forçage vocal s’installant prioritairement à l’apparition de lésions. Un élément psychogène peut aussi composer ce tableau clinique de dysphonie (Aronson 1983). Cependant, quelle qu’en soit l’origine, la rééducation vocale agit prioritairement sur l’altération du geste vocal en veillant techniquement à la solidité du terrain de la détente, du socle de la respiration et de la voix elle-même (Andrews 1995-1997, Ramig et Verdolini 1998), dans un contexte thérapeutique globalisant pour le patient dont l’écoute de la plainte est primordiale pour s’assurer de l’efficacité de la prise en charge (Ammann 1999). Celle-ci demeure au carrefour de maintes disciplines, dont les sciences du langage, qui ne sont pas en reste.


  • AMMANN I. (1999). De la voix en orthophonie, Éditions SOLAL, Marseille, collection le monde du verbe, 131 pages.
  • ANDREWS M.L. (1995-1997). Manual of voice treatment, pediatrics through Geriatrics, Clinical Competence Series, Singular Publishing Group, Inc., San diego, London, 622 pages.
  • ARONSON A.E. (1983). Les troubles cliniques de la voix, 2ème Édition, Masson, Paris, 265 pages.
  • CREVIER-BUCHMAN L., BRIHAYE S., TESSIER T. (2003). La voix après chirurgie partielle du larynx, Editions SOLAL, collection voix, parole, langage, Marseille, 208 pages.
  • DUPESSEY M. et COULOMBEAU B. (2003). À l’écoute des voix pathologiques, éditions Symétrie, Lyon, 103 pages, avec un CD-Rom d’écoute d’exemples de voix normales et pathologiques.
  • LE HUCHE F., ALLALI A. (2007). Défauts de mobilité laryngée et réhabilitation fonctionnelle, Editions SOLAL, Marseille, 292 pages.
  • LE HUCHE F., ALLALI A. La voix, en quatre tomes, I. Anatomie et physiologie des organes de la voix et de la parole (2001, 199 pages) ; II. Pathologie vocale d’origine fonctionnelle (2001, 190 pages) ; III. Pathologie vocale d’origine organique (2001, 160 pages) ; IV. Thérapeutique des troubles vocaux (2002, 211 pages) ; Edition Masson, Paris, Collection phoniatrie.
  • PILLOT, C. (2007). La voix de l’enfant et de l’adolescent : physiologie, évolution, pathologie et traitement. Bulletin de l’Association des Professeurs de Formation Musicale (APFM), 49, 24-28.
  • PILLOT-LOISEAU, C. (2011). Pression sous-glottique et débit oral d’air expiré comme aides à la pose du diagnostic de dysodie ; implications pour la rééducation vocale, Entretiens d’orthophonie 2011, Entretiens de Bichat 2011, Paris 23-24 septembre 2011, 32-45.
  • PINTO, S., GHIO, A., TESTON, B., VIALLET, F. (2010) La dysarthrie au cours de la maladie de Parkinson. Histoire naturelle de ses composantes : dysphonie, dysprosodie et dysarthrie, Revue Neurologique, vol. 1666, pp. 800-810.
  • RAMEAU, J.P. (1760). Code de musique pratique, chapitre 3 : « méthode pour former la voix ; article premier : moyens de tirer les plus beaux sons dont la voix est capable, d’en augmenter l’étendue et de la rendre flexible », 13-20.
  • RAMIG, L.O., VERDOLINI K. (1998). Treatment Efficacy Voice Disorders, Journal of Speech, Language, and Hearing Research, 41, 101-116.

retour



De l’emprunt à l’empreinte vocale : traversées et chemins de traverse de "la voix"

Claire GILLIE


La voix est cette part de notre corps qui peut sortir de nous pour aller habiter le corps de l’autre ; sans la voix, la parole ne saurait se dire ni le chant se moduler. Se déployant dans un espace-temps partagé, elle nous fait échapper à l’informe du cri ou à la sidération du silence, nous permettant d’inscrire notre empreinte, notre signature vocale dans la polyphonie sociale.


Mais parfois, mise en demeure de parler, de chanter, de se fondre ou d’émerger du groupe, il arrive que la voix se terre ou aille jusqu’à se taire. Ainsi mise à l’épreuve d’un plaisir qui n’ose s’avouer jouissance, il arrive que la voix objecte à la parole et au chant ; elle se cabre, se fait voix dissidente, s’exile du corps, déserte le champ de la rencontre avec l’autre. Elle déraille, parfois se pathologise, et convoque des savoirs souvent morcelés (musical, médical, pédagogique, culturel, psychanalytique, etc.) afin de se refaire une santé et/ou une beauté.


Face au risque de la perte, face aux tentations d’identifications vocales émanant « des autres », face à un « idéal de voix » influencé par les phénomènes de société, quels sont les enjeux de la construction d’une « identité vocale » passée au crible de l’écoute des « autres » ? Comment la voix de l’enfant s’inscrit-elle dans une filiation avec celles des adultes, ou y résiste-t-elle ?


Nous verrons que la voix - par structure - emprunte toujours le chemin de toutes les tentations, et joue à quitte ou double avec les ruptures et les excentricités vocales.


Elle échappe à toute tentative d’affiliation ou d’assignation, même si la phoniatrie peut nous enseigner à juguler les facteurs de risque, et si la pédagogie de la voix chantée l’accompagne lors de ses pas de côté. Car la voix va toujours chercher plus loin une part de jouissance qui lui manquerait, là où elle se trouve. Elle n’est jamais là où on l’attend (et l’entend). Car en elle, pulse un part non sonore, insu d’elle, et qui appelle l’autre en un point sourd.


retour



How to tell a "he" from a "she" : l’usage des pronoms genrés pour les objets sans genre en anglais

Lilli PARROTT


Même si l’usage des pronoms genrés ("he" et "she") pour les objets inanimés est possible en anglais standard (par ex. "she" pour un bateau ou une voiture), il est peu fréquent et limité à un certain nombre d’objets bien définis. Cependant, dans certaines variétés de l’anglais la diffusion du genre est très grande et fait apparaître non seulement l’usage de "she" pour les véhicules et des phénomènes de la nature (orages etc.) - c-à-d, des référents mobiles -, mais aussi l’usage de "he" pour d’autres types d’objets inanimés, en général tous comptables (tree, house, book, etc.). Nous examinerons les différents systèmes d’attribution du genre dans des différentes variétés et nous aborderons la question des catégories - pourquoi certains types d’objets sont toujours du masculin et d’autres du féminin, tandis que pour d’autres types d’objets le genre dépend soit de la variété en question, soit du locuteur ou de la situation d’énonciation.


retour



Voix d’hommes et voix de femmes : différences physiologiques et construction sociale

Erwan PÉPIOT


La question des voix d’hommes et des voix de femmes sera abordée sous plusieurs aspects. Dans un premier temps, les différences acoustiques entre ces deux types de voix seront présentées (fréquence fondamentale, fréquences de résonance). Les origines de ces différences seront ensuite discutées : quelles explications physiologiques ? Quelle part de construction sociale ? Dans un second temps, il sera question du traitement de ces voix par le cerveau humain et de l’identification du genre par la voix. Nous verrons que les différences acoustiques entre ces voix, tout comme les représentations qu’en ont les auditeurs, varient sensiblement d’une langue à l’autre.


retour



Voix autres : transsexualisme et transfiguration

Claire GILLIE


La voix est très souvent le dernier bastion qui résiste à la réassignation sexuelle, pour celui, ou celle, qui demande à se défaire de sa voix d’homme - ou de sa voix de femme - afin d’être en conformité avec son désir d’une nouvelle appartenance sexuelle, socialement reconnue. Il semblerait que confronté à sa problématique transsexuelle, le sujet s’accapare, s’approprie « la voix de l’autre sexe », en revêt les emblèmes sexués, tout en gommant « le sexe de sa propre voix ». Pourtant, installé dans une langue dont il métamorphose la conjugaison et la grammaire, c’est avec la conviction d’une profession de foi qu’il énonce et annonce sa transfiguration morphologique, scopique, vocale et psychique.


Comment la psychanalyse peut-elle avoir « son mot à dire » sur ce recollage voix-corps-langage avant, pendant, et après les coupures et le morcellement, opérés par le médical et le rééducatif en charge du « transsexualiste » ?
C’est en se mettant à l’écoute du sujet de cet énoncé, sujet de l’inconscient, et à la lumière des apports freudiens et lacaniens, qu’on pourra entendre derrière la disjonction voix-parole, l’appel d’une autre voix. Celle de la pulsion invocante qui pulse, derrière cette demande impérative, au rythme du désir sinistré.


retour




A propos des études expérimentales sur la prosodie de l’anglais

Daniel HIRST


Pour faire des progrès dans l’étude de la prosodie de la parole, on a besoin de modèles explicites prédictifs
qu’on peut tester avec des données empiriques.
Dans cette présentation je suggère que le paradigme de l’Analyse-par-Synthèse fournit un cadre approprié pour cette tâche. J’illustre l’application de ce paradigme aux deux composants principaux de la prosodie, la mélodie et le rythme.
Je montrerai les grandes lignes de la modélisation et codage
de l’intonation avec les algorithmes Momel et Intsint et je montrerai rapidement les résultats d’une modélisation du rythme de l’anglais appliqué à un corpus de 5.5 heures de parole.
Enfin je présenterai brièvement le projet ProZed, dont le but est précisément de fournir un outil qui permettra à des linguistes de tester différents modèles de la prosodie.


retour

WebRep
currentVote
noRating
noWeight

31 mai 2013 - Uganda and the World


Université de Paris 8 (Vincennes-St Denis)
B313
31 mai 2013

Uganda and the World


(Journée d’étude organisée par le groupe Frontières)


9:00 Keynote Address : “Tropical Disease Control in Uganda”
Tim Allen, London School of Economics


10:00 : Questions


10:30 "The ’Hard to Reach’ in International Relations : HIV, Risk, and Sex Work in the Slums of Kampala, Uganda"
Serena Cruz, Florida International University


11:00 Questions


11:30 Break


11:45 : "’The President will decide’ : ’Big man’ rule and the determinants of Ugandan foreign policy under Museveni"
Jonathan Fisher, University of Birmingham


12:15 : Questions


12:45 Lunch


14:00 "Uganda and its Cross-Border Military Adventures : A Strategy of State Consolidation"
Jude Kagoro, Bayreuth International Graduate School of African
Studies


14:30 Questions


15:00 "The Lord’s Resistance Army in the Democratic Republic of Congo : competing agenda’s and their effects"
Kristof Titeca, University of Antwerp


15:30 Questions


16:00 Break


16:15 "The complexity of post-Cold War foreign relations : Ugandan private security guards in Iraq"
Katharina Döring, University of Leipzig


16:45 Questions


17:15 "The U.S. Senate and the Politics of Uganda"
 Lori Maguire, University of Paris 8


17:45 Questions and end of conference

12 avril 2013 - Forms of Contemporary Conceptualism


 
Organized by Brigitte FÉLIX for "Transferts Critiques et dynamique des savoirs" (EA1569, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), in collaboration with Hélène AJI for ELAN (Études en Littérature anglaise et d’Amérique du Nord, CREA, EA 370, Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
 
14h30 Contemporary “Conceptual writing” : a critical overview, from Notes on Conceptualisms (Vanessa Place and RobertFitterman)[H. Aji, B. Félix]
 
15h15 Conceptualism, abstraction and writing as “intensification of a verbal universe” : A discussion of Percival Everett’s recent poetry and fiction.
Round table moderated by Hélène AJI (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)and Brigitte FÉLIX (Université Paris 8) with Anne-Laure TISSUT (Université de Rouen), Gwen LE COR (Université Paris 8) and Arnaud REGNAULD (Université Paris 8).
 
16h30 Reading by Percival Everett and Anne-Laure-Tissut
Bilingual reading of excerpts from Erasure /Effacement, of a selection of poems from Swimming Swimmers Swimming, and of excerpts from Percival Everett’s latest novel, Percival Everett by Virgil Russell.
 
 Percival Everett is a writer and currently a Distinguished Professor of English at the University of Southern California.

 He has written seventeen novelsso far, among whichZulus (1990), God’s Country (1994), Frenzy (1997), Glyph (1999), Erasure (2001), The Water Cure (2007), I Am Not Sidney Poitier (2009), Assumption (2011) and Percival Everett by Virgil Russell (2013).

 He is also the author of a novella, three collections of short stories and of Swimming Swimmers Swimming (2011), his third book of poetry.
 Percival Everett is the recipient of many awards, among which the Hurston/Wright Legacy Award for fiction, which he received twice (for Erasure and I am Not Sidney Poitier).

16 mai 2013 - WRITING AS CONCEPTUAL ART



Organized by Brigitte FÉLIX and Stéphane VANDERHAEGHE for "Transferts Critiques etdynamique des savoirs" (EA1569, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), in collaboration with Hélène AJI for ELAN (CREA, EA 370, Université Paris Ouest Nanterre La Défense).
 
16h30 : Introduction (B. Félix et S. Vanderhaeghe)
 
16h45-17h45 : Steve Tomasula, “Conceptualism(s) + 1”
 
17h45-18h30 : Reading
 
 Steve Tomasula is the author of the novels VAS : An Opera in Flatland (2002, University of Chicago Press), an acclaimed novel of the biotech revolution ; IN&OZ (2003, University of Chicago Press, 2012) ; The Book of Portraiture (2006, FC2) ;TOC : A New-Media Novel (2010, FC2/University of Alabama Press).
 His short fiction has been published in McSweeney’s, The Denver Quarterly, Fiction International, American Letters & Commentary, Western Humanities Review, Ninth Letter, and The Iowa Review where he received the Iowa Prize for the most distinguished work published in any genre.
 He is the author of numerous essays published in a variety of internationally renowned journals like Leonardo (MIT), and he has most recently contributed two essays to the Routledge Companion to Experimental Literature (Routledge, 2012).
 Steve Tomasula holds a doctorate in English from the University of Illinois at Chicago and is on the faculty of the University of Notre Dame. He is the founder of the “&Now Festival ”, a yearly literary event dedicated to contemporary innovative writing.
 VAS : An Opera in Flatland and The Book of Portraiture are forthcoming in French (translated by Anne-Laure-Tissut) from éditionsHYX (Orléans).

15 juin 2013 - La journée annuelle de doctoriales de l’EA 1569

La journée annuelle de doctoriales de l’EA 1569 (Transferts critiques et dynamiques des savoirs - domaine anglophone)

aura lieu le samedi 15 juin, à l’Université Paris 8, bâtiment D, salle D 010.


Matin : 10h-12h30

Heyfa Ounis : "L’Ecriture du genre dans les romans de Jane Austen "

Amel Dhifallah : "The Dickensian Serial Text and Advertising"

Razika Kali : "Le statut des Travellers irlandais en Angleterre depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : groupe social ou minorité ethnique ?"


Déjeuner sur place


Après-midi : 13h30-17h

Julie Beluau : "Relocating the Novel : the Main Tradition in Indian English Literature ?"

Jennifer Randall  : "The Madwoman in the Attic : Writing History from the Womb"

Bastaine Yannick Moubamba : "Les spots publicitaires de Barack Obama : entre photogénie et photopopulisme"


Table-Ronde : "Le parcours du doctorat : questions de forme, questions de fond(s)"


La journée est ouverte à tous.
(Accès : http://www.univ-paris8.fr/L-univers...).

17 janvier 2014 - Corps et performance expérimentale


Journée d’étude

« Corps et performance expérimentale »

Vendredi 17 janvier 2014


Organisation : Anne-Laure Fortin-Tournès (Université du Maine, 3L.AM), Brigitte Félix (Université de Paris VIII Vincennes-St Denis, EA1569 Transferts Critiques et Dynamique des Savoirs), Hélène Lecossois (Université du Maine, 3L.AM).


Lieu : Université du Maine – Bâtiment EVE



Programme



09h45 : Accueil


10h00 : Xavier Lemoine (Université de Paris Est-Marne la Vallée - IMAGER) « Broke House du Big Art Group : transgressions queer sur la scène contemporaine newyorkais »


10h30 : Annie Rolland (Université d’Angers, LPPL,) et Antoine Fraile (Université d’Angers, 3L.AM) « Dans la peau d’une femme. Lecture psychologique de « La piel que habito » de Pedro Almodovar »


11h00 : Discussion


11h30 : Élisabeth Angel-Perez (Université de Paris Sorbonne, VALE) « Pour sortir du postdramatique : quelques exemples de Martin Crimp à Tim Crouch »


12h00 : Anne-Laure Rigeade (Université de Paris VIII Vincennes-St Denis, Littérature et histoire) : « Angelica Liddell, la peur au corps : expérimenter et performer l’angoisse de l’abandon »


12h30 : Discussion


13h00 : Déjeuner


14h00 : Renaud Bouchet (Université du Maine, CERHIO) : « "Yves Klein et les ’états-moments de la chair’ : les Anthropométries de l’époque bleue du 9 mars 1960 »


14h30 : Marie Mianowski (Université de Nantes, CRINI) : « Les corps dansants de Colum McCann »


15h00 : Noëlle Batt (Université de Paris VIII Vincennes-St Denis, EA 1569 Transferts Critiques et Dynamique des Savoirs) : « Sous tous les angles ». Analyse de la perception d’une œuvre multimodale : Retranslation/ Final Unfinished Portrait (Francis Bacon) de Peter Welz-William Forsythe (Paris, Le Louvre, Galerie de la Melpomène, automne 2006) »


15h30 : Discussion


16h00 : Amala Dianor et Marion Alzieu (CNDC) : « Performance et subversion », conférence dansée


17h 30 : Discussion, synthèse et perspectives


18h : Fin de la journée d’études

15 mars 2014 - 2ème Journée d’étude "Problèmes d’histoire littéraire indienne"

Le Texte étranger, Université Paris 8
Labex Arts-H2H
CNRS THALIM/ARIAS

Deuxième journée d’étude du programme "Problèmes d’histoire littéraire indienne"
 
Organisée par Claire Joubert (Université Paris 8) et Laetitia Zecchini (CNRS THALIM/ARIAS)
Samedi 15 mars 2014, 9h30-17h
salle Mariette, INHA, 2 rue Vivienne, 75002
accès libre
 
Cette deuxième journée constitue également une nouvelle étape du programme "Transculturalité(s) : Arts du spectacle vivant et littératures de l’Inde contemporaine. La catégorie artistique et ses décloisonnements", dirigé par Katia Légeret au sein du Labex Arts-H2H.
Argumentaire, programme de la 1ère journée d’étude (avril 2013), accès à l’INHA, et compléments d’information en ligne :
 
 
Matinée 9h30-12h30 - modération Sneharika Roy (Sciences Po-Lille)
 
. Claire Gallien (Université Montpellier 3) : « The Late Eighteenth-Century ’Oriental Renaissance’ : The Invention of a Literary Tradition »
. Jean-Marie Fournier (Paris 7) : « William Jones, Robert Southey et Percy Shelley : trois parmi les premiers trajets vers la ’matière indienne’ – fascinations et ambiguïtés »
. Claudine Le Blanc (Paris 3) : « L’insaisissable objet des quatre histoires de la littérature indienne publiées en France au XIXe siècle »
. Emilienne Baneth-Nouailhetas (Université Rennes 2/CNRS-NYU) : « Comment écrire une histoire de la littérature indienne anglophone ? »
 
 
Après-midi 14h-17h - modération Cécile Girardin (Université d’Orléans)
 
. Anne Castaing (CNRS/THALIM/Ecritures) : « Ecrire dans d’autres langues : pour une histoire littéraire des femmes »
. Katia Légeret (Paris 8) : « La transmission orale du Panchatantra au théâtre : mises en scène en Inde et en France »
. Catherine Servan-Schreiber (CNRS-CEIAS) : « Littérature/orature. Frontières et cloisonnements ? »
. Claire Joubert (Paris 8) : « B.R. Ambedkar et la lutte dans les Lettres : annihilation, conversion, représentation »

Programme & argumentaire

 

13 mars 2014 - Traduire au Japon, traduire du japonais : représentations et réalité

Traduire au Japon, traduire du japonais : représentations et réalité
 
 
La Bibliothèque Universitaire, le groupe Penser la traduction (EA 1569), et le Master de Traduction T3L de l’Université de Paris 8 accueilleront Anne Bayard-Sakai, professeure à l’INALCO et spécialiste de littérature japonaise moderne et contemporaine, et Claire Larsonneur, maître de conférences à l’Université Paris 8 et spécialiste de littérature anglaise contemporaine et de traduction, pour une rencontre autour de la question de la traduction au Japon et de ses représentations dans le roman de David Mitchell The Thousand Autumns of Jacob de Zoet.
 
 

La rencontre aura lieu le jeudi 13 mars 2014 de 10h à 12h00 (Université de Paris 8, Bibliothèque universitaire, salle de la recherche).

 
La séance sera modérée par Marie Nadia Karsky (MCF Université Paris 8, DEPA, traduction).

Journées d’étude LECSeL

 

Première journée d’étude du groupe LECSeL

Une journée d’étude sur la linguistique empirique aura lieu le samedi 29 novembre 2014, 10h-17h, en D008/010 (rez-de-chaussée, bâtiment D), Université Paris 8 (métro : Saint-Denis Université).

  Session 1 Discours et constructions   Session 2 Phonétique, phonologie et acquisition
9:30 - 10:00 Coffee & Welcome
10:00 - 11:00 Jaqueline Vaissière (LPP, Paris 3 / IUF) Some examples of comparison of acoustic characteristics in L1, L2 and interference
11:00 - 11:30 Nele Põldvere (Lund University, Sweden) Stance constructions in computer-mediated and spoken discourse in English
  Erwan Pépiot (LECSeL, Paris 8) Cross-gender acoustic differences in Parisian French and American English speakers
11:30 - 11:45 Coffee
11:45 - 12:45 Barbara De Cock (Catholic University of Louvain, Belgium) The contribution of person deixis to the construction and to the discourse context
12:45 - 13:45 Lunch
13:45 - 14:45 Motoko Ueyama (University of Bologne) Prosodic transfer : Multi-domain acoustic analysis of L2 Japanese-L1 English speech
14:45 - 15:15 Marine Riou (Paris 3) The grammar and prosody of topic transition in American English conversation
  Nora Fangel-Gustavson (LPP, Paris 3) Lule Saami supergeminates : an acoustic and phonological study
15:15 - 15:30 Tea / coffee
15:30 - 16:00 Camille Debras (Paris 10) Integrating verbal, vocal and visuo-gestural resources to take stance in British English conversation
  Rajesh Khatiwada (LPP, Paris 3) A short sketch of production of Nepalese Coronals : relation between lingual configuration and the place of articulation
16:00 - 17:00 Izaskun Elorza (University of Salamanca, Spain) Analysing the role of attribution in the construction of stance in scientific popularizations in English

 

Abstracts

Some examples of comparison of acoustic characteristics in L1, L2 and interference

Jaqueline Vaissière (LPP, Paris 3 / IUF)

 

Back to the programme

 

Stance constructions in computer-mediated and spoken discourse in English

Nele Põldvere (Lund University, Sweden)

This talk is divided into two parts. In the first part of the talk I will present a study that looks at the use of epistemic and evidential stance verbs on an online bulletin board. With the help of both qualitative and quantitative corpus techniques, I expect to find support to the hypothesis that epistemic and evidential stance verbs are important markers of social status in such communities. In the second part of the talk I will turn to spoken discourse and propose an upcoming study that would deal with the grammaticalization of epistemic and evidential complement-taking predicates and their functional characteristics in spoken British English.

Back to the programme

 

Cross-gender acoustic differences in Parisian French and American English speakers

Erwan Pépiot (LECSeL, Paris 8)

Many studies were conducted on acoustic differences between female and male voices. However, they were generally led on speakers of only one language, and focused on a single acoustic parameter. The present study is an acoustic analysis of dissyllabic words or pseudo-words produced by 10 Northeastern American English speakers (5 females, 5 males) and 10 Parisian French speakers (5 females, 5 males). Vowel formant frequencies, spectral centre of gravity of voiceless consonants, mean f0, f0 range, VOT, H1-H2 intensity differences and words’ duration were measured. Significant cross-gender differences were obtained for each tested parameter. Moreover, cross-language variations were observed for f0 range, vowel formants and H1-H2 differences. These results suggest that cross-gender acoustic differences are partly language dependent and therefore, socially constructed.

Back to the programme

 

The contribution of person deixis to the construction and to the discourse context

Barbara De Cock (Catholic University of Louvain, Belgium)

In this talk, I will show how person deixis is in essence related to the construction in which it occurs and to the discourse context. In order to do so, I will propose a detailed analysis of some non-prototypical uses of person reference, among others generic seconds, pluralis maiestatis. On the one hand, I will show how the construction and the discourse context help us interpret the person reference form correctly and, on the other hand, how non-prototypical person reference uses contribute to shaping a specific discourse context and even discourse genre. The analysis will be based on examples taken from English, French, Spanish, German and Dutch.

Back to the programme

 

Research in prosodic transfer from a typological perspective : the case of the phonetic realization of relative prominence

Motoko Ueyama (University of Bologne, Italy)

The effect of L1 characteristics on L2 speech has been investigated extensively at the segmental level, and the major L2 speech learning models have also developed mostly based on segmental data. In the present study we investigate how L1 prosodic features affect L2 prosodic patterns (i.e., prosodic transfer) in the production of L2 Japanese-L1 English speech, focusing on the rhythmic aspect of L2 prosody. The investigation of this L2 type is interesting, since Japanese and English are typologically very different in terms of their prosodic characteristics. Three domains of L2 rhythmic organization are experimentally investigated : 1) how acoustic characteristics of L1 English stress affect the production of L2 Japanese pitch accents ; 2) effects of L1 English phonetic durational contrast between tense and lax vowels on the production of L2 Japanese phonemic vowel contrast ; 3) effects of L1 English lapse & culminativity constraints on the production of L2 Japanese unaccented utterances.

Back to the programme

 

The grammar and prosody of topic transition in American English conversation

Marine Riou (Paris 3)

In talk-in-interaction, speakers can mobilize different strategies to cue a topic transition. This mixed methods study analyses the contribution of some these markers : prosody, questions and discourse markers – with insights from conversations in which one of the participants suffers from schizophrenia.

Back to the programme

 

Lule Saami supergeminates : an acoustic and phonological study

Nora Fangel-Gustavson (LPP, Paris 3)

Lule Saami, an indigenous language of Northern Europe, is one of the few known languages in the world to present a three-way consonantal quantity system. Word-medial non-cluster consonants can occur with three different degrees of length ; sometimes referred to as quantity (Q) 1, 2 and 3, or as singletons, geminates and supergeminates. Ternary quantity contrasts (for consonants and/or vowels) are cross-linguistically rare, and the phonological representation of such contrasts has been the subject of much debate. This study has a dual purpose ; firstly, to describe the results of an acoustic experiment designed to determine the manner in which the three-way quantity opposition is phonetically implemented in Lule Saami, and secondly, to discuss the relationship between the phonetic manifestation of Lule Saami (super)geminates and their phonological representation.

Back to the programme

 

Integrating verbal, vocal and visuo-gestural resources to take stance in British English conversation

Camille Debras (Paris 10)

This talk is divided into two parts. In the first part of the talk I will present a study that looks at the use of epistemic and evidential stance verbs on an online bulletin board. With the help of both qualitative and quantitative corpus techniques, I expect to find support to the hypothesis that epistemic and evidential stance verbs are important markers of social status in such communities. In the second part of the talk I will turn to spoken discourse and propose an upcoming study that would deal with the grammaticalization of epistemic and evidential complement-taking predicates and their functional characteristics in spoken British English.

Back to the programme

 

A short sketch of production of Nepalese Coronals : relation between lingual configuration and the place of articulation

Rajesh Khatiwada (LPP, Paris 3)

In languages that possess retroflex and simple dental coronals, tongue retroflexion (i.e. the tongue tip curling back against the palatal region) is considered the primary articulatory parameter to distinguish the abovementioned two phonological categories (Bhat 1973, Ladefoged & Bhaskararao 1983, Ladefoged & Maddieson 1996). Pokharel, however, emphasized that the Nepalese “so-called” retroflex is not produced with the “tongue tip curling back” as it is described in traditional grammar (Pokharel 1988). According to Pokharel, it is produced as a simple apico-alveolar consonant.

Through two different palatographic studies presented here, it is shown that, contrary to Pokharel’s claim, Nepalese retroflex consonants are produced either with or without the tongue tip curling back (i.e. with or without retroflexion). Based on these experimental studies, I consider Nepalese “apico-alveolar” types to be produced with a particular tongue tip configuration, defined as “cacuminal”. Following Hála (1964), we propose that the two phonetic categories “retroflex” and “cacuminal” constitute a single phonological category in Nepali.

The palatographic studies show that in the production of the two phonetic categories, the lingual configuration is more important than the place of articulation. The specification of the latter, in this case a passive articulator, is determined by the lingual configuration in question. The further the tongue is curled back, the more posterior is the place of articulation.

Back to the programme

 

Analysing the role of attribution in the construction of stance in scientific popularizations in English

Izaskun Elorza (University of Salamanca, Spain)

My aim is to show how popularizations make use of the meaning potential of both newspaper discourse and scientific discourse in order to construct stance along the narration of scientific findings, with a special emphasis on the aspects of these polyphonic texts referring to the use of speech (re)presentation of external voices as a crucial rhetorical strategy which seeks to comply with the expectations of newspaper readers.

Back to the programme

 

3 mars 2015 - Frontières de l’anglais de spécialité

Frontières de l’anglais de spécialité

Organisée par Gwen Le Cor, Université Paris 8. 

Avec le soutien de l’EA 1569, transferts critiques et dynamique des savoirs

 

Mardi 3 mars 2015

Université Paris 8

Salle des commissions, Espace G. Deleuze

 

Entrée libre sur inscription : gwen.le-cor@univ-paris8.fr

 

MATIN

09h00 Accueil

09h15 Ouverture 

` Bezunesh Tamru, Vice-présidente aux Relations Internationales

Introduction

` Gwen Le Cor, EA 15 69, Université Paris 8 

 

PrésidenCe Gwen Le Cor

09h30 Anthony Saber, École Normale Supérieure de Cachan

` Anglais de spécialité/sociolinguistique :

frontières étanches ou cadres connexes ?

 

10h10 Celia Bense Ferreira Alves, CRESPPA-CSU, UMR 7217 CNRS Université Paris 8

` Travailler les convergences : Pratique de la sociologie en contexte US

 

10h50 Pause

 

Présidence Paul MuraiLLe, Centre de Recherche TERMISTI, HEB-ISTI et Université Paris

11h10 Marc Van Campenhoudt, Centre de recherche TERMISTI, Institut supérieur de traducteurs et interprètes HEB-ISTI, Bruxelles

` De quelques critères linguistiques de reconnaissance du discours spécialisé

11h50 Bénédicte Le Grand, Centre de recherche en informatique, Université Paris1- Panthéon Sorbonne

` Anglais pour l’informatique, langue ou langage ? 

 

12h30 Déjeuner

 

APRES-MIDI

PrésidenCe anThony saBer, École Normale Supérieure de Cachan

13h50 isaBeL desmeT, laboratoire d’études romanes, EA 4385, Université Paris 8

` Langues de spécialité, lexique et traduction : quelques réflexions théoriques, méthodologiques et appliquées au portugais

 

14h30 CLaire Bourhis-marioTTi, EA 1569, Université Paris 8

` Anglais pour historiens ou « discipline non-linguistique » dispensée en anglais ? La place de l’anglais dans le cursus des étudiants en histoire : le cas de l’Université de Cergy-Pontoise

 

15h10 Pause

 

Modérateur Gwen Le Cor

15h30 TABLE RONDE

`Quels critères pour l’enseignement des langues de spécialité en formation à la traduction ?

IsaBeL Desmet, laboratoire d’études romanes, EA 4385, Université Paris 8 

Dominique Debize-Henderson, traductrice spécialisée affiliée à la Société française des traducteurs 

PauL muraiLLe, Centre de recherche TERMISTI et Université Paris 8

Marc Van CamPenhoudt, Centre de recherche TERMISTI, HEB-ISTI, Bruxelles

 

 

16h15 Clôture

 

29 novembre 2014 - Phonologie - Acquisition et Discours - Constructions

 

 

Session I

Session II

10.00

 

Jaqueline Vaissière

Université Paris 3

Some examples of comparison of acoustic characteristics in L1, L2 and interference

 

11.00 – 11.30

 Erwan Pépiot

Université Paris 8

Cross-gender acoustic differences in Parisian French and American English speakers

Nele Põldvere

Lund University

Stance constructions in computer-mediated and spoken discourse in English

 

11.30 – 11.45

 

Coffee

 

 

11.45 – 12.45

Barbara de Cock

Catholic University of Louvain

The contribution of person deixis to the construction and to the discourse context

 

12.45 – 13.45

Lunch

 

13.45 – 14.45

 

Motoko Ueyama

Unversité de Bologne, Forlì

Prosodic transfer : Multi-domain acoustic analysis of L2 Japanese-L1 English speech

 

 

14.45 – 15.15

 

Nora Fangel-Gustavson

Université Paris 3

Lule Saami supergeminates:

An acoustic and phonological study

 

Marine Riou

Université Paris 3

Grammar and prosody of topic transition in American English conversation

 

15.15 – 15.30

 

Coffee

 

15.30 – 16.00

Rajesh Khatiwada

Université Paris 3

A short sketch of production of Nepalese Coronals : relation between lingual configuration and the place of articulation

Camille Debras

Université Paris 10

Integrating verbal, vocal and visuo-gestural resources to take stance in British English conversation

 

16.00 – 17.00

 

Izaskun Elorza

University of Salamanca

Analysing the role of attribution in the construction of stance in

scientific popularizations in English

 

       

19 février 2016 - Traduire les poètes

Vendredi 19 février 2016

 

Université Paris 8

et

Maison des Ecrivains et de la Littérature

 

La journée d’études « Traduire les poètes, rencontres entre les mondes roman et anglo-saxon », qui se déroulera le 19 février 2016 à l’Université Paris 8 et à la Maison des Ecrivains et de la Littérature (Paris), se propose de faire dialoguer auteurs et traducteurs de poésie contemporaine italienne et britannique. Au cours d’ateliers de traduction qui réuniront poètes, traducteurs et public (étudiants et enseignants de Masters de traduction, mais ouverts également à tout autre participant), nous nous pencherons sur plusieurs interrogations au cœur de la praxis de la traduction de la poésie, vue autant comme un processus que comme un résultat. Ces ateliers constitueront de véritables séances de travaux pratiques mettant en relation des traducteurs professionnels et moins confirmés ou néophytes, autour de la traduction de poèmes en collaboration avec leur auteur.

Cette rencontre permettra de voir comment deux mondes s’interpénètrent et s’enrichissent l’un l’autre malgré leurs frontières et leurs particularités. L’accent sera mis sur l’aspect créatif de l’opération traduisante et sur l’exploration de la qualité poétique d’une œuvre et de sa traduction.

 

Université Paris 8, salle D 143 (bâtiment de la recherche)

9h -10h : présentation de la journée et conférence d’ouverture par Vincent Broqua

10h15-12h-15 : ateliers de traduction (italien, salle D143 ; anglais, salle G – 2) autour des œuvres des poètes : Chantal Danjou, Laura Fusco, Jean Portante, Maïca Sanconie, Zoé Skoulding

 

Maison des Ecrivains et de la Littérature

(MEL, 67, bd de Montmorency, Paris 16ème arrdt), Bibliothèque 

13h45- 14h15 : Présentation de la MEL

14h15-16h15 : Table ronde menée par Chantal Danjou et Yves-Jacques Bouin : jeux et enjeux des ateliers. Lectures des poèmes et des traductions. Découverte des œuvres des auteurs présents.

16h15-16h45 : conférence de clôture par Maryvonne Boisseau

 

Organisatrices :

Marie Nadia Karsky : mnkarsky@gmail.com (06 95 05 71 05), Université Paris 8, EA 1569, Transferts critiques et dynamiques des savoirs

Maïca Sanconie : maica.sanconie@sfr.fr (06 16 72 12 88), Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, EA 4277, Identité Culturelle, Textes et Théâtralité

Chantal Danjou : La Roue Traversière, migrale@orange.fr (06 78 08 45 78)

 

Cette journée a été rendue possible grâce au soutien actif de

La Maison des Ecrivains et de la Littérature

La Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France

La Roue Traversière

Les EA 1569 et 4277

24 mars 2016 - Traduire la fantasy

Date : 24 mars 2015 9h-13h

Lieu : Université Paris 8, Salle de la recherche, Bibliothèque

Organisation : Anne Chassagnol et Claire Larsonneur, Université Paris 8
Avec le soutien de l’EA 1569, transferts critiques et dynamique des savoirs

Interventions de Mme Virginie Douglas, MCF, Université de Rouen

Mme Isabelle Perrin, MCF, Université Paris Sorbonne Nouvelle

M. Vivien Feasson, doctorant, Université Paris Diderot

Mme Laetitia Devaux, Traductrice Gallimard

et des étudiants du master LISH/T3L

 

13 janvier 2017 - Corpus et Traduction

Journée d’Étude Corpus et Traduction

 

Date : vendredi 13/01/17 de 9h à 18h30

 

Lieu : Université Paris 8, salle B106

 

Interventions de :

Rudy Loock, Université Lille III Charles de Gaule

Natalie Kübler, Université Paris-Diderot (Paris 7)

Isabel Desmet, Université Paris 8

Dylan Glynn, Université Paris 8

Aude Grezka, CNRS/Université Paris 13

Sandra de Caldas, Université Paris 8

Guillaume Desagulier, Université Paris 8/MoDyCo

Lahouari Ghazzali, Université Paris 8

Daniel Henkel, Université Paris 8

 

Avec le soutien de l’EA1569 TransCrit

 

Cette journée d’étude sera l’occasion d’explorer les synergies actuelles et potentielles entre les recherches en linguistique de corpus, en traduction et traductologie ainsi que leurs applications pratiques. Seront étudiées notamment des questions de théorie et de méthodologie touchant à l’exploitation et à l’interprétation de corpus spécialisés et littéraires, comparables ou parallèles, en français, anglais, portugais et arabe.

 

27 avril 2017. Journée d’hommage à Mme Claude Cohen-Safir

Hommage Claude Cohen-Safir – 27 avril 2017

 

Salle B106 Université Paris 8 2, rue de la liberté 93526 Saint-Denis

 

 

9h : Présentation de la journée

 

Table ronde autour de Claude Cohen-Safir modérée par Hanane Boutenbat avec la participation de Noëlle Batt, Ineke Bockting, Claudette Fillard, Nancy Honicker, Paulette Schubert, Martine Spensky, Barbara Villez

 

10h – 11h : Atelier études féminines/feministes

Présidence : Claudette Fillard, Université Lyon 2

 

· Stephanie GENTY, Université d’Evry : “A Bridge Over the Atlantic : Construire des ponts entre l’Europe et l’Amérique”

· Patricia GODI, Université Blaise Pascal : “L’hospitalité de Résonances-Femmes, ou revisiter un héritage scientifique (et humain)”

 

Pause café

 

11h30-12h30 : Atelier genre(s)

Présidence : Nadia SETTI, Université Paris 8

 

· Gérald PREHER, Institut Catholique de Lille : “Charlotte Perkins Gilman ou la Destinée Manifeste au féminin”

· Frédérique SPILL, Université de Picardie Jules Verne, Amiens : “Subversion de la douceur dans God Help The Child (2015) de Toni Morrison”

 

Déjeuner

 

14h00-15h00 : Atelier études afro-américaines

Présidence : Andrée-Anne Kekeh-Dika, Université Paris 8

 

· Françoise CLARY, Université de Rouen : “Interroger l’identité de la femme afro-américaine du XXIe siècle : L’anthologie Naked (2005) de Ayana Byrd et Akiba Solomn”

· Patrcyja Kurjatto-Renard, Chercheuse indépendante : “Utopie maternelle, amoureuse, écologique dans A Mercy de Toni Morrison ou le serpent du mal dans le jardin d’Eden”

 

Pause café

 

15h30-16h30 : Atelier art et genre

Présidence : Hélène MARQUIÉ, Université Paris 8

 

· MarieDanielle Koechlin, artiste : “Claude, une rencontre féconde”

·  Danièle Rosenfeld-Katz, Université Paris 8 : “Genre, création et psychanalyse : du côté de Chantal Akerman”

 

16h30-18h00 : Présentation de travaux inédits, rétrospective