Vous êtes ici : Accueil > Présentation
  • Présentation

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte

  • EA 1569
    « transferts critiques et dynamique des savoirs
    (domaine anglophone) »

    Direction : Noelle Batt 2008-2010 ; Yves Abrioux 2010-2014 ; Rémy Bethmont et Arnaud Regnauld 2015-
    Université de Paris VIII, Ecole doctorale pratiques et théories du sens


     


    Identité de l’EA


    L’UPRES EA 1569 rassemble sept groupes de recherche (six après l’automne 2010) qui poursuivent des programmes scientifiques autonomes, mais que réunit un commun intérêt pour la dimension théorique et épistémologique des recherches critiques menées dans le champ de la littérature ou de l’histoire des pays anglophones, de la linguistique anglaise et de la traduction, ce qui signe l’identité et l’originalité de cet ensemble dans le domaine des études anglophones. L’importance reconnue de l’interdisciplinarité dans le champ des sciences humaines de même que l’interconnexion de plus en plus étroite des savoirs, font de cette fédération d’équipes de recherche un atout pour les doctorants qui peuvent ainsi sur un même site bénéficier de programmes de travail complémentaires dont la scientificité est garantie par la spécialisation de chaque groupe.
    Chaque groupe de recherche est lui-même ouvert sur d’autres cultures et d’autres littératures –française, allemande, espagnole, russe, italienne, indienne–, sur d’autres disciplines – littérature comparée, sociologie, sciences politiques, histoire et histoire des sciences ; droit comparé, philosophie, esthétique, sciences dures et recherches cognitives.


    Tous les groupes intègrent dans leur corpus d’étude des textes qui vont du XVIème au XXIème siècle. La proportion de texte anciens et de textes contemporains étudiés varie en fonction des thèmes abordés et des problématiques développées.


    Certains groupes collaborent régulièrement pour des actions ponctuelles (séminaires ou journées d’études) sur un thème donné. Tous les groupes collaborent au moins une fois au cours du quadriennal pour un colloque international organisé sur un thème fédérateur. C’est ainsi que se sont déroulera en octobre 2007 un colloque sur le thème « Traduction, traductions : confrontation, négociation, création » et en novembre 2011 un autre sur le thème : « Etat critique des disciplines ». Ils assurent aussi, ensemble, une fois par an, un séminaire de deux jours pour les doctorants de l’EA.
    L’E.A. n’est pas une unité de recherche classiquement angliciste, mais une unité résolument tournée vers les autres disciplines, selon la vocation de l’Ecole doctorale « Pratiques et théories du sens » à laquelle l’E.A. appartient, et en accord avec les projets de Master élaborés par l’université : « Littérature : Textes, Langues, Théories », « Histoire, Cultures et civilisations », et Sciences du langage.


     


     


    Axes de recherche des groupes qui composent l’EA


    « Centre de recherche sur la Littérature et Cognition » (CRLC ; responsables : Yves Abrioux, Brigitte Félix)


    Le CRLC travaille sur les enjeux cognitifs du littéraire en liaison avec la dynamique textuelle. Il interroge ce que peut être une pensée de la littérature en engageant un rapport dialogique entre littérature, science et philosophie. Il s’attache à élaborer de nouveaux modes de lecture pour des objets textuels hybrides surgis dans le paysage de l’écriture artistique.


     


    « Groupe de recherche en histoire intellectuelle » (GRIH ; responsable : Ann Thomson ; jusqu’à l’automne 2010 ; actuellement composante de l’EA 1571)


    Le GRIH s’est fédéré autour d’une approche commune qui se distingue de la classique histoire des idées. Il se consacre à l’étude de modes de pensée et de débats intellectuels situés dans leur contexte social et politique ainsi qu’aux conditions de la production du savoir et des concepts. Travaillant, depuis sa fondation, en collaboration avec des chercheurs d’autres disciplines, ce groupe a constitué un réseau international et coopère avec des chercheurs de plusieurs pays européens et d’Amérique du Nord. Il participe au réseau européen « Interlink » financé par le gouvernement italien, et il pilote un réseau franco-britannique sur les transferts culturels entre la France et la Grande-Bretagne de 1650 à 1850. Ce réseau (avec les Universités françaises : Paris 4, Paris 7, Paris X, Rennes II, Bordeaux III, Orléans, Besançon, I.E.P. de Lille, et britanniques : Queen Mary Londres, Sussex, Middlesex, Aberystwyth, Leeds, Newcastle, York) a fait l’objet d’un financement par l’ANR (cf. détails plus bas).


     


    « Poétique de l’étranger » (responsable : Claire Joubert)


    Le TE mène, en dialogue avec les spécialistes d’autres littératures et depuis la question du littéraire, une critique des savoirs sur le langage et sur la culture ; sur les rapports entre les langues et entre les cultures. Son axe de travail est la poétique de l’étranger et son orientation est à la fois théorique et critique.


     


    « Résonances » (responsable : Claude Safir)


    « Résonances », par un double travail sur la critique féministe et sur les « cultural studies », articule deux pans de la recherche américaine contemporaine : le multiculturalisme et le genre. La finalité de ce « croisement » est de permettre une évaluation de la manière dont les recherches menées aux Etats-Unis sur les minorités ethniques et sur le genre ont donné lieu à de nouvelles analyses des représentations culturelles.


     


    « Frontières » (responsables : Bertrand van Ruymbeke et Lori Maguire)


    « Frontières », comme son titre l’indique, a pour vocation d’étudier la politique étrangère des pays anglophones et les migrations à travers ces frontières ainsi que leur impact sur ces nations. L’objectif du groupe est d’instituer un lieu d’échange privilégié pour tous ceux qui s’intéressent de près à la politique étrangère des pays anglophones et à l’impact des migrations, afin de permettre les rencontres et de favoriser les débats scientifiques sur des thèmes majeurs.


     


    « Linguistique Empirique : Cognition, Société et Langage » (LECSeL, anciennement LAPS Linguistique Anglaise, PSycholinguistique ; responsable : Dylan Glynn)


    « LAPS » poursuit, dans le cadre d’un partenariat pluridisciplinaire avec d’autres chercheurs européens, les trois objectifs interdépendants suivants : l’identification automatique de voyelles dans une onde sonore (anglais, français, bulgare : http://web.uni-plovdiv.bg/rousni/), le développement d’un logiciel devant permettre la prédiction et la transcription des patrons intonatifs anglais, le développent d’un logiciel d’aide à la traduction, la compréhension et la rédaction français-anglais et enfin la syntaxe comparée de l’anglais et du français.


     


    « Justice, Images, Langues, Cultures » (JILC ; responsable : Barbara Villez)


    « JILC » est un groupe interdisciplinaire menant une recherche sur la représentation de la justice dans les productions culturelles. Les travaux du groupe portent sur la question des transferts iconiques et médiatiques participant à la construction d’une identité citoyenne. Ce groupe pilote et participe à un réseau international (University of London : Queen Mary, Birkbek College, University of Wesminster, Reuter’s School of Journalism, Oxford University, Strathclyde University, Universita di Bologna, Universita di Firenze, Collegio de Espana, University of Haifa, Yonsei University (Corée du Sud), Université de San Paolo, Tsinghua University).


     


    « Penser la traduction » (Coordination : Claire Larsonneur, Arnaud Regnauld)


    Cette nouvelle composante de l’EA 1569 a été formalisée en 2013 mais correspond à une orientation de recherche construite sur les 5 à 6 dernières années au sein du Texte Étranger. La traduction et la traductologie sont un domaine de recherche actuellement très dynamique, et qui présente l’intérêt de travailler à la fois les questions de pratique et les questions théoriques. Notre recherche en traductologie s’accompagnera d’un important travail de traduction d’œuvres littéraires et théoriques.


     


     


    Problématiques communes aux différents groupes


    Les différents groupes de recherche de l’EA 1569 trouvent l’occasion de croiser leurs recherches sur les problématiques suivantes considérées dans le champ des études anglophones :


     • L’analyse de nouveaux objets discursifs, artistiques ou sociétaux, souvent hybrides et relevant d’une épistémologie nouvelle, l’élaboration de nouveaux modes d’appréhension assurant leur réception et leur compréhension, et la conception de nouveaux modèles qui puissent permettre leur théorisation.
     • Le rôle des systèmes conceptuels (en cours d’élaboration ou de mutation) dans la constitution d’un champ de savoir.
     • La notion de modèle en relation avec la théorie ou avec la technologie (par exemple son application dans un logiciel de traduction assistée par ordinateur, ou d’apprentissage).
     • Les transferts culturels d’objets, de discours, ou de concepts, en particulier entre le monde francophone et le monde anglophone, mais aussi entre le monde anglophone et d’autres cultures européennes, en particulier du Sud et de l’Est (par exemple, le passage de « gender » à « genre »).
     • La valeur heuristique de la notion de « traduction » dans les différentes disciplines.
     • A partir des pratiques pluridisciplinaires des différents groupes, l’EA procède à l’élaboration de méthodologies interdisciplinaires (cette question fera l’objet d’un colloque commun en 2011).


     


     


    Organisation de la recherche


    Calendrier des groupes de recherche :
    Chaque groupe de recherche organise des séminaires réguliers et/ou des journées d’études indépendant(e)s sur un thème choisi pour l’année en suivant un calendrier de recherche élaboré pour 4 ans (voir détail des calendriers sur le panneau situé à l’extérieur du bureau de l’EA en D 316)


     


     


    Actions communes
    Des actions communes réunissent, à intervalles réguliers tous les groupes de recherche. Par exemple, deux colloques internationaux se sont tenus en 2007 et en 2011. D’autres actions peuvent rassembler deux ou trois groupes sur un thème ou une problématique transversale.
    Au cours du quadriennal, sont prévues plusieurs actions communes (séminaires, conférences avec débat, journées d’études, colloques) sur :
    - la prosodie des langues et des textes,
     • les rôles respectifs joués par l’image et par le texte dans les transferts culturels,
     • le traitement de la violence,
     • la place à faire aux « cultural studies » dans la recherche européenne,
     • les stratégies que proposent l’épistémologie contemporaine et les stratégies du réseau en réponse à la notion de « crise »,
     • l’apport d’une pensée diagrammatique dans les différentes disciplines de recherche des groupes.


     


     


    Publications


    Les publications des chercheurs sont importantes et internationalement reconnues (cf. liste des publications). En dehors des nombreux articles et ouvrages publiés individuellement par les membres de l’équipe, trois revues émanent directement de l’EA : deux revues « classiques » : la revue Résonances (http://www.resonances-femmes.org/re...) et la revue TLE (Théorie, Littérature, Enseignement) publiée par les Presses Universitaires de Vincennes (http://www.puv-univ-paris8.org ), ainsi qu’une revue en ligne : Poétique de l’étranger (http://ipt.univ-paris8.fr/dela/revue). On notera aussi plusieurs volumes collectifs ; c’est ainsi que le GRHI a publié en 2004 un volume aux Presses Universitaires de L’ENS Lyon et qu’il fera paraître un travail dans European History of Ideas en mars 2008. Le groupe « Le Texte étranger » a publié un volume intitulé : Le Texte étranger. Travaux 2004-2006, collection Travaux et documents, U. Paris 8). Le Groupe « FRONTS » a publié les journées d’études qu’il a organisées en 2006 et 2007 chez l’éditeur anglais Cambridge Scholars Publishing. Par ailleurs, le groupe LAPS a publié en 2009 un numéro spécial de la revue AILE…LIA (devenue en 2010 revue LIA chez John Benjamins) consacré à « phonétique, bilinguisme et acquisition » (http://aile.revues.org/4529?lang=en)


     


     


    Réseaux internationaux


    Des réseaux internationaux ont été développés par les groupes de recherche à l’intérieur de l’EA : 
     • réseau avec des historiens britanniques (Queen Mary Londres, Sussex, Middlesex, Aberystwyth, Leeds, Newcastle, York) pour le GRHI ;
     • réseau Interlink financé par le gouvernement italien pour le GRHI (Universités de Florence, Pise, Turin, Naples Orientale, Saragosse, Saarbrücken, Poznan, Budapest, et la London School of Economics) ;
     • réseau Images of justice (www.imagesofjustice.eu) avec des chercheurs britanniques, italiens allemands, sud-coréens, israéliens, espagnols pour le groupe « Justice Images, Langues, Cultures » ;
     • réseau wise avec des chercheurs européens pour le groupe « Résonances ».


     


     


    Collaborations internationales


     • avec des anglicistes du Québec et des Etats-Unis dans le cas du « Centre de Recherche sur la Littérature et la Cognition » ;
     • avec le Centre for Critical and Cultural Theory de l’Université de Cardiff, Royaume-Uni, pour « Le Texte Etranger » ;
     • avec des groupes d’américanistes européens, par exemple ceux de l’université d’Haceteppe, Ankara (Turquie) pour « Résonances » ;
     • avec des chercheurs phonéticiens (Boston, Prague et Plovdiv) et spécialistes du bilinguisme (Barcelone et Neuchâtel) pour les membres de LAPS.


    Ces réseaux internationaux et les relations de recherche qui s’instaurent dans leur cadre, sont générateurs d’inscriptions de thèses en co-tutelle parfois accompagnées de bourses.


    Le réseau franco-britannique « Transferts culturels franco-britanniques de la fin du XVIIè au début du XIXè siècle : agents, vecteurs, réseaux » a fait l’objet d’un financement par l’ANR (NTO5-2_41485) de 2005 à 2008.


     


     


    Enseignants-chercheurs de l’EA : 34 dont 8 PR + 10 chercheurs avec un autre statut + 15 enseignants-chercheurs associés etrangers + 30 enseignants-chercheurs associés en poste en France
     
    L’EA compte aujourd’hui 31 Enseignants-Chercheurs (PR ou MCF) affiliés (29 sur le site de l’établissement, 1 hors site), 10 autres chercheurs (post-doctorants, docteurs, chercheurs, enseignants, ou autrement engagés dans la vie professionnelle) et 15 Enseignants-chercheurs étrangers directement associés aux travaux de l’équipe. On compte aussi 27 EC associés aussi actifs que les membres affiliés.


     


    PR et MCF de l’EA (PR en lettres majuscules) :


    * Sur site Paris VIII (32) : ABRIOUX, Badt, Ball, BATT, Cordingley, Chassagnol, DOMMERGUES, Ertel (actuellement détachée à la New York University aux Etats-Unis), FELIX, Fogels, Fromonot, GARNIER, Herry-Bénit, Hersant, Honicker, JOUBERT, Kamiyama, Karsky, Kekeh, Kleiman-Lafon, Lafite, Larsonneur, MAGUIRE, Marie, Parrott, Regnauld, Sacksick, SAFIR, Tortel, Vanderhaeghe, VAN RUYMBEKE, VILLEZ,
    * Hors site (1) :
    Smith (Université catholique de Paris.
    * Autres chercheurs (6) :
    ATER (1) : Valadié
    Enseignants du secondaire docteurs (2) : Becker, Séjourné
    Post-doctorant (1) : Traisnel
    Chercheurs (2) : Hubrecht (Institut des Hautes Etudes sur la Justice),
    Epineuse (Institut des Hautes Etudes sur la Justice)


     


    * Enseignants-chercheurs associés étrangers (15) :
    Aslanyan (Erevan, Arménie), DITCHEVA (Plovdiv, Bulgarie), Blinder (Nuffield College, Oxford, RU), Gilligan (Aston, RU), HARRIS (Loyola Marymount, Ca, USA), Hulley (NYU, USA Invitée Paris 8), Heuser (Reading, RU), KNOESPEL (Georgia Tech, USA), LEVY (UCSB, USA, Invité Paris 8), Li Jun (Wuhan, Chine), MOLESWORTH (Queens College, CUNY, Invité Paris 8), NIKOLOV (Plovdiv, Bulgarie, Invité Paris 8), PIERSSENS, Université de Montréal, Invité Paris 8), Sarker (St Paul, Miness. USA), Schwartzkopf Jutta (Oldenburg, Allemagne, Invitée Paris 8).


     


    * PR et MCF associés en poste en France (30) : Arambasin (Besançon, HDR), Athenot (Tours), Berberi (MontpellierI), Bockting (Paris XIII), Cohen-Cheminet (Paris IV), Dahan-Gaida (Besançon), Delage (Paris VIII, HDR) Desagulier (Paris VIII), Desmet (Paris VIII, HDR), Doro-Mégy (Paris VIII), Duplay (Lille III), Follett (Franche Comté) Fortin-Tournès (Lille III, HDR), Léchenet (IUFM Lyon), Malinier (Paris VIII), Mundler (Paris XII), Oltarchevska (Paris IV), Patoine (Paris III), Prodeau (Paris VIII), Quanquin (Paris III), Reungoat (Paris XII), Sabatier (Paris XII), SAMMARCELLI (Paris IV), Schaffner (Ecole Polytechnique), Setti (Paris VIII, HDR), SPIVACK (St Quentin en Yvelines), Tuhkunen (Versailles), Tissut (Rouen), Zaugg (Paris X).


     


    Doctorants de l’EA :


     Doctorants affiliés (42)


    Aferyad Hafida, Al Naiman Nauff, Benito Mohamed, Ben Ali Nejib, Ben Abdessalem, Bensallah Nouria, Boutenbat Hanane, Debost Cécile, Derraz Imane, Dhifalla Amel, Fournier Mathilde, Gheorghe Oana, Heft Sarah, Gorban Olga, Ivanescu Andrea, Lacasse Marie-Eve, Lacheb Azaouaou, Ledoux Claudine, Martinel Louis, Merlin Anne-Claire, Mouadi Fatiha, Moumamba Bastaine, Nouet Véronique, Palmarchuk Natalia, Park Ji Yun, Pepiot Erwan, Peyrol Elodie, Porras Andrés, Randall Jennifer, Restrepo Esteban, Ryst Elise, Sahili Laila, Saadaoui Ghizlane, Sayah Mahassen, Slassi Souad, Smoczeck Sylvie, Sylvanise Vanessa, Tejada Sanchez Isabel, Texeira Anne-Sophie, Touati Razika, Zaminisnii Anastasia, Zara Jean-Fabrice, YanWen Luo.

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page